La base de données Icaunea
Icaunea est née de notre volonté d'archiver et de traiter facilement l'ensemble des informations recueillies sur le terrain par les membres de l'association. Il nous est en effet très vite apparu qu'un assez gros volume de données ne pouvait être traité efficacement manuellement et comportait le risque d'être détruit ou perdu. L'outil informatique s'imposa alors. Nous avons donc conçu une base de données liée à un système de cartographie traité en fichiers images. Cela nous permet d'effectuer un grand nombre de requêtes, variables en fonction du résultat recherché. Les espèces : Chaque taxon est répertoriée selon son binôme latin. S'y ajoutent le nom français, la famille, l'évaluation de sa rareté dans l'Yonne, le statut d'indigénat et les inscriptions éventuelles sur les listes d'espèces déterminantes (pour la désignation des ZNIEFF) et sur les listes officielles de protection (nationale ou régionale). Par ce critère précis, Icaunea nous permet de mesurer par exemple la répartition d'un taxon donné sur le département, en nous fournissant une liste de communes et en affichant une carte départementale . Voir des exemples d'extraction … Les communes : Le maillage utilisé pour la cartographie se situe au stade de la commune. Nous avons rejoint pour cela la méthodologie appliqué par le Conservatoire Botanique National du Bassin Parisien, structure avec laquelle nous collaborons. Icaunea est capable d'afficher la liste des taxons notés sur n'importe quelle commune du département, dans la mesure où l'association possède des informations sur cette commune. Voir Inventaire de la flore … La saisie des données : Elle se fait en deux étapes. La première intervention dure très peu de temps et se résume à enregistrer l'inventaire proprement dit. Chaque inventaire se voit attribuer une référence puis sont inscrits la date, le milieu concerné, le lieu-dit et le nom de l'observateur. La saisie réelle des données correspond à la deuxième étape. Elle consiste à entrer tous les taxons notés lors de l'inventaire. Trois lignes sont à renseigner, le taxon, la commune et la référence préalablement enregistrée. Chacune des rubriques propose des menus déroulants pour lesquelles il ne suffit de taper que les premières lettres. En résumé, après dix années de fonctionnement, Icaunea se révèle être un outil précieux. La base atteint maintenant les 150 000 données réparties en pus de 2300 références sur presque 300 communes. Elle nous permet de transmettre chaque année l'ensemble de nos observations par voie numérique au Conservatoire Botanique National du Bassin Parisien. Ces données sont ensuite intégrées à Flora, la base du Conservatoire. Elle nous permet également de restituer sous forme de liste associée à une cartographie tous les inventaires menés, soit dans le but de les archiver, soit dans le but de les transmettre aux structures intéressées (associations, communes, bureaux d'études, etc …)