Ambiances, Images des sorties
- Sortie du 22 octobre 2011 , à Châtel-Censoir Très très agréable sortie, cinq personnes présentes dans la fraîcheur matinale des sous-bois du Malessart puis, l'après-midi, sur les pelouses presque méridionales de la carte de France. Un soleil et un ciel bleu généreux, encore quelques fleurs, un peu de champignons. Et puis, des coins à truffes, des meurgers et la visite de petites cabanes en pierres sèches, énigmatiques et perdues dans les bois. Les alentours de Châtel-Censoir se montrent variés, riches et passionnants et Michèle, notre guide pour la journée, sait très bien nous faire partager cette richesse. Un grand merci pour son accueil Environ 200 espèces recensées sur le site, voir la liste de synthèse …
- Sortie du 12 novembre 2011, dans la forêt d'H ERVAU , du côté de Joux-la-Ville Encore un temps superbe, ciel bleu et lumière douce sur des feuillages fatigués, marqués d'or cramoisi. Très peu de corolles à se mettre sous les yeux, chose bien normale à cette époque. Tout de même, observation d'une belle touffe de millepertuis androsème et des dernières fleurs un peu usées d'une petite station de gentianes ciliées. Environ 200 espèces recensées sur le site, voir la liste de synthèse …
- Sortie du 10 décembre 2011, à Saint-Bris-le-Vineux Dernière sortie de l'année, dans le bois de Senoy, célèbre pour ses stations de gentianes jaunes. Quelques tiges raides et sèches, beaucoup de feuilles mortes et quelques champignons pour cette balade hivernale sur des chemins mouillés de pluie. Calme du moment un peu perturbé par des chasseurs dont la présence nous a obligé à écourter la virée. Environ 250 espèces recensées sur le site, lors des prospections précédentes voir la liste de synthèse …
<< page précédente
Haut de page
<< page précédente
- Causerie du 5 février, à la maison de l'eau C'est grâce à une très riche idée d'Emmanuel DERKENNE que nous avons pu nous entretenir avec monsieur René BRETTE ce 5 février à la maison de l'eau. René BRETTE est l'un des responsables de la régie travaux publics au sein de la commune d'Auxerre ; il a notamment en charge l'entretien des chemins ruraux sur la commune ( plus de 150 kms !), le désherbage des voiries et la mise en sécurité des routes en cas d'intempéries (neige, verglas). Il est donc venu nous parler de l'évolution de sa profession, évolution qui s'accélère ces dernières années. Pour le fauchage par exemple, une certaine prise de conscience tant sur le plan de la biodiversité que sur le plan d'éventuelles économies a poussé la commune à réaliser au début 2010 sur 15 zones test des essais de fauchage tardif. Ceux-ci concernaient 17 kms linéaires et consistaient à effectuer au printemps une fauche de sécurité (sur les 50 cm bordant la chaussée) puis une fauche à l'automne-hiver (d'octobre à mars) sur la totalité des bas-côtés. Une information était mise en place avec la pose de plaquettes de sensibilisation ("Moins d'herbe coupée, Nature protégée") Les résultats furent tellement encourageants que cette méthode est maintenant appliquée sur l'ensemble des chemins. Pour la biodiversité, cela se traduit par un cycle complet de la végétation engendrant à son tour un optimum , et à différents degrés, pour les populations animales. Sur le plan financier, les économies sont flagrantes, à la fois sur les budgets, le matériel et la main d'oeuvre. Le désherbage de la voirie , autre point important écologiquement Voilà une quinzaine d'années, les services municipaux prenaient en charge cette tâche de désherbage et faisaient un peu n'importe quoi (sic) : traitement au roundup à la demande en arrosant parfois le pied des haies, le bords des massifs de fleurs ou les gazons ! La prestation est à présent confiée à une entreprise privée qui agit soit par désherbage thermique 4 fois par an en centre ville et sur les zones aquatiques, soit par traitement chimiques sur les faubourgs à raison de deux fois par an. Mais là encore, la commune, sur l'impulsion des élus appartenant au parti des Verts, tente de se rapprocher du zéro pesticides. De plus, un arrêté préfectoral lié à un avis de la Direction Départementale des Territoires imposent une limitation drastique quant à l'utilisation des produits phytosanitaires dans les caniveaux. Il y fut donc effectué beaucoup moins de traitements l'an dernier et un programme d'essai de balayage mécanique est au programme, afin notamment de tenter d'éradiquer les espèces ligneuses qui semblent s'installer en l'absence d'herbicides. Autre essai important à noter, une zone test en zéro pesticides. Celle-ci concerne le quartier des Boussicats et sera menée durant la saison 2012. L'entretien de la voirie consistera essentiellement en des binages mécaniques effectués avec des débroussailleuses électriques, par deux employés municipaux. Affaire à suivre donc mais tout cela va dans le bon sens. L'on peut penser bien sûr que tout cela ne va pas très vite mais il faut bien se dire que Paris ne s'est pas fait en un jour et que surtout, les acteurs de cette évolution doivent parfois se remettre en cause et changer radicalement de méthodes de travail, des principes qu'ils ont suivis parfois pendant plus de 20 ou 30 ans … Pas si facile
>> page suivante
>> page suivante
<< retour à la page d'accueil